• Algérie-France : un jeu d'échec ou d'amour ?« L’Algérie n’a pas besoin de la France » ou bien,  « La France a besoin de l’Algérie », « Pourquoi la France drague l’Algérie », ou tout simplement « France-Algérie : le couple ou le divorce est impossible » comme a écrit Focus Algérie sur son site internet. Tels sont les titres qu’on puisse lire à l’occasion de « l’événement » du 4 décembre qui coïncide au déplacement de Sellal et sa délégation de 15 ministres à Paris.

    Que puissions-nous retenir de ces diverses métaphores qui renvoient entre autres à un temps d’amertume et de douleur ? L’Algérie colonisée, l’Algérie libérée puis l’Algérie serrée par l’ex-colonisateur qui danse à la mélodie de Sellal.

    Les médias étaient tous en position « balance ». Le peuple en suspens. Sellal annonce : l'Algérie est un pays stable. Au lendemain, plusieurs titres et plusieurs analyses mais un sujet « unique ». On tombe sur un bouquet de fleur en blanc, bleu et rouge, écrasé. Le phénomène de fin d’année. On renvoie toutes les balles, on libère les expressions « dans tous les sens », on s’index.  Puis, le soir, on s'offre un coup. C’est ça l’amourette. Une histoire éphémère. Un bilan ni lourd ni léger mais défaillant, porté par un système avarié. Dix accords transportés par le père Noel. Est-ce un jeu d'échec ? Qui doit perdre à la fin puisqu'on parle de gagnant-gagnant !

    Le temps est gris à Paris. Plusieurs thèmes au menu. Plusieurs rubriques en mode « Sellal ». Déplacement de Sellal à Paris, son arrivée, sa fameuse délégation de 15 ministres, l’inauguration de l’usine Renault à Oran en débat, les accords signés soigneusement. De l’autre coté du miroir se brise le temps. On revient sur le conflit du Mali et de la Lybie que Sellal confirme avoir bien géré. On revient sur la mauvaise relation politico-économique de Sarkozy. On a aussi rappelé la visite de François Hollande à Alger en 2012, classé dans le cadre d’échange économique, seul chapitre qui démontre combien la France a besoin de garantir sa position avec l’Algérie. Combien la France est amoureuse de l’Algérie.

    En tout ça, les deux pays ont certainement eu une pensée à la guerre d’Algérie. Mais pas officiellement. Ce qui veut dire que tout va dans le bon sens et que les choses ont changé. Pas d’accords d’Evian sans accords Boutef. Mais on n’efface pas l’histoire. « On n’efface pas 132 ans de colonisation, de guerre meurtrière et tout ce que l’on repasse d’un coté comme de l’autre », dira M Karim Amellal, enseignant à sciences Po, dans un entretien qu’il a accordé au site chou-chouf.

    A rappeler, que depuis quelques années, "l'histoire en France est devenue un formidable espace de jeux politiques", d'après Benjamin Stora, qui, selon lui, Paul Ricoeur désigne la France comme une société éternellement en colère contre elle même.

     

    Les Algériens de France, un autre cas, un autre conflit !

    Récemment, des étudiants sont montés au créneau, à Paris, pour exprimer leur désarroi quant au refus de changement de statut. Ce « problème », constaté sur le territoire français ne semble pas intéresser les responsables algériens puisque aucune procédure n’a été menée ni même une simple « levée de doute ».

    L’exemple concret demeure très récent. Avant l’arrivée de Sellal à Paris, la ville de Saint Denis a rejeté des demandes de changement de statut de quelques étudiants. Aucune loi ne le permet. Aucune justification à cela. D’après l’UEAF, la préfecture de Bobigny a tout simplement rejeté la demande par e-mail. L’UEAF explique que les concernés ont justifié ce refus par l’application de l’accord franco-algérien de 1968 modifié.

    « Je pense que le gouvernement français participe à un délit commis sur la liberté des étudiants algériens auxquels on interdit la procédure de changement de statut à salarié et/ou commerçant. On pousse désormais l’étudiant de force à retourner dans son pays après l’avoir quitté pour un avenir meilleur. Une situation qui va certainement générer des faits aggravants », déclare un étudiant sur la page facebook des étudiants algériens.

    Mounir Outemzabt

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Voici entre autres les dix accords franco-algériens signés lors de la 2e session du Comité Intergouvernemental de Haut Niveau (CIHN) qui a réuni les deux Etat (Français et Algérien), ce 4 décembre 2014.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Selon le premier ministre Algérien, Abdelmalek Sellal, l'Etat Algérien a réussi à mener à bien la gestion du pays et sa stabilité. En tant que pays "développé", selon notre interlocuteur, l'Algérie essaye de faire de même dans d'autres pays, à l'instar du Mali et la Lybie, et ce, comme on l'a d'or et déjà fait en Tunisie. 

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • En Hommage à Said MEKBEL,  son dernier papier : Ce voleur qui...

     

    Cet individu, pris dans une rafle...  

    « Ce voleur qui, dans la nuit, rase les murs pour ­rentrer chez lui, c’est lui. Ce père qui recommande à ses enfants de ne pas dire dehors le méchant métier qu’il fait, c’est lui. Ce mauvais citoyen qui traîne au palais de justice, attendant de passer devant les juges, c’est lui.

    Ce cadavre sur lequel on recoud une tête décapitée, c’est lui. C’est lui qui ne sait rien faire de ses mains, rien d’autres que ses petits écrits, lui qui espère contre tout, parce que, n’est-ce pas, les roses poussent bien sur les tas de fumier. Lui qui est tous ceux-là et qui est seulement, journaliste. »

    Ce vagabond qui ne sait plus chez qui passer la nuit, c’est lui. C’est lui qu’on menace dans les secrets d’un cabinet officiel, le témoin qui doit ravaler ce qu’il sait, ce citoyen nu et désemparé...Cet homme qui fait le vœu de ne pas mourir égorgé, c’est lui.

     

    Cet individu, pris dans une rafle de quartier et qu’un coup de crosse propulse au fond du camion, c’est lui. C’est lui qui, le matin, quitte sa maison sans être sûr d’arriver à son travail. Et lui qui quitte, le soir, son travail sans être certain d’arriver à sa maison. 

    MAL/

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire

  •  

    "Ni le journal télévisé de l’ENTV, de 20h, ni celui de 19h en français, n’ont rapporté l’information"

     

    L’hospitalisation du président Abdelaziz Bouteflika, du 15 nvembre dernier, à la clinique Albert à Grenoble,  vient d’être confirmée par A/Malek Sellal, aujourd’hui, 4 décembre, depuis Paris, ou il effectue une visite officielle.

    « Le Président Bouteflika, comme vous le savez tous, reçoit des soins de contrôle dans un hôpital à Grenoble. Il se porte convenablement bien et il dirige encore. Son état de santé s’améliore. »

    Ce n’est, par ailleurs, pas des habitudes du pouvoir algérien d’affirmer ou d’annoncer l’hospitalisation du chef de l’Etat. D'ailleurs, ni le journal télévisé de 20 de l’ENTV ni celui de 19h en français, n’ont rapporté l’information.

     

    Il importe de rappeler que le président Bouteflika a quitté la clinique de Grenoble aux environs de 14h40. Il a été transporté dans une ambulance escortée d’une dizaine de voitures », info confirmée par l’AFP et France 24.

    Voire la vidéo de France24 : https://www.youtube.com/watch?v=4vShY5a9Fik

     

    Mounir Ait Larbi.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le refus a été aussi rendu par e-mail aux concernés. L'UEAF condamne cet act. Selon les initiateurs, "la réponse par e-mail du service de la procédure du changement de statut est justifiée par l'application de l'accord franco-algérien 1968 modifié"

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire