• Comment arrêter de fumer

    Arrêter de fumer n'est pas chose facile, c'est une évidence ! C'est pourtant la seule solution pour retrouver le souffle et le coeur de vos 20 ans. Ne renoncer pas après un premier essai, la réussite intervient généralement après plusieurs tentatives. Pour savoir quelle méthode vous permettra le plus facilement de relever ce défi, Doctissimo vous a concocté un véritable banc d'essai.

     

    Arrêter de fumer n'est pas chose facile, c'est une évidence ! C'est pourtant la seule solution pour retrouver le souffle et le coeur de vos 20 ans. Ne renoncer pas après un premier essai, la réussite intervient généralement après plusieurs tentatives. Pour savoir quelle méthode vous permettra le plus facilement de relever ce défi, Doctissimo vous a concocté un véritable banc d'essai.

     

     

    Arrêter de fumer : les bonnes méthodes

     

    Arrêter de fumer : les bonnes méthodes Comment mettre toutes les chances de votre côté ? Substituts nicotiniques, hypnose, médicaments, acupuncture…Quelles sont les méthodes efficaces ? Pour arrêter, vous n'êtes plus seul, Doctissimo vous aide.

    J’arrête de fumer

     

    Arrêter de fumer n’est pas une mince affaire. Comme vous le savez certainement, la cigarette entraîne une dépendance dont il est difficile de se débarrasser. Sachez qu’il n’y a pas de recette miracle. C’est à vous de trouvez la méthode qui vous convient le mieux !

     

     

    Le plus important pour arrêter de fumer est d’être réellement motivé. Si vous le faites sous la contrainte ou pour faire plaisir à quelqu’un, vous n’y arriverez certainement pas...

     

    Les quatre stades du fumeur

     

    Sachez qu'il existe quatre stades dans le comportement tabagique.

     

    Arrêt du tabac

    • Le premier stade est celui du fumeur heureux. Pour lui, le tabagisme n’est pas un problème. La moitié des fumeurs sont à ce stade. Dans ce cas, aucune chance d’arrêter dans l’immédiat ;
    • Au bout d’une période allant de quelques mois à plusieurs années, cette personne peut passer au stade du fumeur indécis, conscient du problème, il envisage d’arrêter dans les six prochains mois. 30 à 40 % des fumeurs sont dans ce cas ;
    • Ensuite, il y a le stade de l’arrêt, lorsque le fumeur décide puis essaie d’arrêter. Seuls 15 % des fumeurs en sont à ce stade et ont réellement une chance d’écraser leur dernière cigarette ;
    • Il existe également une quatrième phase appelée phase de maintenance : l'ex-fumeur doit alors tenir le coup. S’il craque, il revient à la phase du fumeur indécis.

     

    Comment savoir à quel stade vous vous trouvez ?

     

    Vous pouvez consulter un centre de tabacologie. Le médecin vous fera passer un test pour déterminer vos chances de réussite. Si vous en êtes au stade du fumeur indécis, il pourra vous aider à faire le point, à peser le pour et le contre, pour vous aider à passer au stade de l'arrêt.

     

    Pour savoir si vous êtes prêt, une autre méthode plus radicale consiste tout simplement à essayer d’arrêter pendant une petite période (24 heures). Si ça ne marche pas, vous n’êtes pas tout à fait prêt. Réessayez tout de même avec cette fois une méthode ou un suivi pour vous soutenir. En cas de succès, pourquoi ne pas continuer 24 heures de plus, puis encore 24 heures…

     

    Les trois types de dépendance

     

    Vous avez décidé d’arrêter, bravo ! C’est maintenant que les difficultés commencent. Vous n’avez pas une mais trois dépendances à vaincre : physique, psychique et comportementale. Chacune de ces dépendances va faire l’objet d’un sevrage spécifique.

     

    La dépendance physique est la principale cause de problèmes. Elle est due à la nicotine contenue dans le tabac. Cette substance se fixe sur des récepteurs du système nerveux, notamment dans le cerveau. C’est elle qui provoque les effets euphorisants et stimulants liés à la cigarette. Le corps s’habitue à recevoir sa dose de nicotine et sa disparition entraîne un état de manque se traduisant par une nervosité, une irritabilité, une agitation… Parallèlement, la nicotine agit en augmentant les dépenses caloriques et en réduisant l’appétit. Le sevrage entraîne alors le risque, souvent redouté, de prise de poids. Sachez que tous les fumeurs ne sont pas dépendants de la nicotine et qu’il existe différents degrés. Attention toutefois, le nombre de cigarettes fumées ne traduit pas forcément la dépendance. Là encore, il vaut mieux consulter un médecin pour tester sa dépendance physique.................................................................à suivre.
    Source : http://www.doctissimo.fr

    « Algérie : Ould Kablia se mêle de l’écriture des prénoms amazighs « Etudiants algériens en France : C’est la galère ! » »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :