• Printemps Amazigh, les enfants d’immigrés à la découverte de leur culture à Nice

     

    Printemps Amazigh, les enfants d’immigrés à la découverte de leur culture à NiceLa récente commémoration du double anniversaire du printemps Amazigh et noir (1980 et 2001), par l’association culturelle et sportive kabyles (ACSKN), à Nice (sud-est de France) a beaucoup plus profité aux enfants d’immigrés. Curieux, ces derniers ont trouvé l’occasion d’interroger sur l’historie des origines de leurs parents.

     

    En effet, c’est dans la salle « Linné » du parc Phoenix (botanique et zoologique) situé sur la fameuse Promenade des anglais qu’a eu lieu la cérémonie. L’atmosphère était très conviviale. L’arrivée des invités a débuté aux environs de 14h. Les membres de l’ACSKN avaient déjà installé une exposition retraçant l’historie et la chronologie du printemps Berbère. L'occasion pour les enfants nés en France de poser leurs questions sur leurs origines. Inès, âgée de 10 ans, ne cessait pas d’interroger son père qui est en France depuis plus de 10 ans. « Je ne connais rien sur l’historie des Amazigh et je ne parle pas kabyle », a-t-elle avouée avant et d'ajouter : « oui ça m’intéresse de connaître les origines de mon père et je souhaite parler kabyle couramment mais il n’y a pas d’écoles pour apprendre la langue».

    D’autres ressortissants sont venus en familles. Ils étaient contents et échangeaient des discussions sur les origines kabyles. « Moi aussi je ne parle pas kabyle », déclare Sonia, une jeune française d’origine de Tizi Ouezou. « Je connais un peu l’histoire des Amazigh, notamment ceux du nord africain, et leur sort face à la dictature et l’arabisation. Ça m’a fait plaisir d’assister à cet événement culturel qui m’a permis de découvrir la culture et l’histoire des Amazigh », rajoute-elle.

    Les échanges culturels se sont fait dans une ambiance remarquablement familiale au tour d’un buffet à volonté qui a été mis à leur disposition.  Des crêpes, des gâteaux, pain aux poivrons et d’autres variétés kabyles pour rappeler les traditions.

    Devoir de commémorer l’événement

    La communauté Kabyle a ensuite été invitée, aux environs de 17h, à rejoindre la salle de conférence du parc Phoenix pour une projection vidéo d’un film documentaire sur les événements du printemps berbère et noir. Dans une brève allocution, le responsable du pole culturel de l’association M. Ikarioune Lyes, a tenu à apostropher que « c’est de notre devoir de commémorer ces événements dans le but de rendre hommage aux martyrs et soutenir leurs familles et surtout transmettre notre histoire aux futurs générations ».

    La projection a été suivie d’une conférence-débat ayant pour thème « La révolte kabyle, retour sur la tragédie ». Animée par Ferhat Mheni, actuel président GPK et Mohend Taferka.

     

    Mounir Outemzabt 

    Printemps Amazigh, les enfants d’immigrés à la découverte de leur culture à Nice

    Printemps Amazigh, les enfants d’immigrés à la découverte de leur culture à Nice

    Printemps Amazigh, les enfants d’immigrés à la découverte de leur culture à Nice

    « 12 photos montrent que Melbou est la plus belle ville du litoral de BéjaiaFestival de Cannes, la semaine de la critique s’impose »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :