• Culture : « Il y’a un désintéressement pour la culture et l'art»

    "Nous avons de très belles régions; de Tichy jusqu'à Kherrata, en passant par Melbou, Souk el Tenine,.. Malheureusement, il me semble qu'elle sont beaucoup plus dominées par une politique sombre qui ignore la culture, l’art et le tourisme. Comme si on n'est pas fière de son identité ni de son patrimoine culturel. On déplore aujourd’hui une simple exposition."

    Constatant un désintérêt quasi total pour la culture et l’art en général à Melbou, particulièrement dans son village Boulezazène, l'artiste peintre Noureddine Mokrani, surnommé aussi "Thamughli" sort de sa réserve pour inciter les jeunes à s’unir pour promouvoir la culture. 

    "L'activité culturelle étant absente dans notre région, unissons-nous pour la promouvoir », s’adresse t-il via la page facebook Melbou, aujourd’hui et demain.

    Boulezazène est un village de 2000 habitants souvent boudé par ses jeunes faute de moyens et d’infrastructures permettant d’abriter des activités culturelles. Nourreddine en est un. A son jeune age, il n y'avait aucun moyen pour se distraire. Hormis une simple aire de jeu qu'on ne peut joindre qu'en traversant la rivière en été comme en hiver, tout horizon est fermé.

    Noureddine s'est engagé donc dans le domaine de l’art depuis son jeune âge et y reste toujours attaché. Il peint tout ce qui lui vient en tête : portraits, paysages, événements culturels, ainsi que ses propres innovations. Il a participé presque à toutes les activités culturelles et artistiques à travers le pays. Il expose ses œuvres artistiques et propose parfois des portraits qu’il a édités.

    Tamughli  défend la cause berbère et lute pour l’identité Amazigh de toutes ses forces. C’est d’ailleurs sa source d'inspiration d’où il tire ses idées. Il exprime son émotion et sa fierté de son origine ethnique par le biais de sa toile.

    la région ignore-elle l’activité culturelle ?

    Cela est en effet constatable de vue. Les jeunes déplorent l’événementiel. Pis, ils "rêvent" d'un festival ou d'un carnaval annuel. Mais cela ne semble pas trop gagner leur esprit. Ils pensent que c'est trop demandé. On se contentera donc d'un simple programme culturel riche en activités. En vain.

    "Nous avons de très belles régions; de Tichy jusqu'à Kherrata, en passant par Melbou, Souk el Tenine,.. Malheureusement, il me semble qu'elle sont beaucoup plus dominées par une politique sombre qui ignore la culture, l’art et le tourisme. Comme si on n'est pas fière de son identité ni de son patrimoine culturel. On déplore aujourd’hui une simple exposition.", déclare Noureddine.

    L'artiste a beaucoup souffert pour en arriver là. Aujourd'hui, il pense que sa région ne profite pas à ses œuvres. Il y'a peu de temps, Tamughli a exprimé son amertume sur les réseaux sociaux. "Je suis artiste peintre et j'ai exposé presque dans toutes les villes d'Algérie. A Melbou et Souk el Tenine (chez moi), il n'existe pas de place l’activité artistique. De Tichy à kherrata, hormis la région d'Ait Smail qui organise chaque année le festival de la poésie, aucune ville ne consacre une journée au moins pour organiser un gala artistique, une activité culturelle ou une exposition d’œuvres. Le mouvement associatif dort. Je suis très déçu. Pourtant nous avons des potentialités."

    L.E.

    Quelques tableaux de l'artiste :

     

    « Photo du jour : L'Algérie symbole de résistance au pouvoirDoctorat LMD : les chances de la Faculté des Lettres et des Langues s’évanouissent »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :