• La jeune étudiante agressée à Constantine dénonce

    Sarah, jeune étudiante séjournant au sud-est de France, à Nice, a fait l’objet d’une violente agression lors de son séjour à Constantine (Algérie).

     

    Arrivée chez elle en taxi qu’elle a pris à l’aéroport Mohamed-Boudiaf où elle a atterri, elle a été attendue par une bande de voyous quelle a vite reconnus. Elle nous raconte les détails de cette agression qui caractérise la violence qui ronge la société algérienne..

    "J’arrive de l’aéroport, je rentre dans l'immeuble et je trouve deux voyous qui m'attendaient à l’intérieur. L'un d'eux m’a menacé de me tuer si je crie. (Si tu cries on te tue !). L’un d’eux était en possession d’un couteau", raconte Sarah. Avant d’ajouter toujours marquée par cette mésaventure : "Je n’ai pas pris sa menace en considération. Alors, j’ai crié de toutes mes forces malgré la fatigue du voyage et toute la journée passée en France. J’étais super-épuisée. Je n’avais presque rien mangé.
    J’ai donc crié à haute voix et tout le quartier m’a entendu. Là, l’agresseur qui m’a menacé m’a poignardé".

    La jeune femme a en effet reçu plusieurs coups de couteau au niveau de l’abdomen. Elle a été évacuée d’urgence au CHU Benbadis. Selon des sources médicales, la jeune fille a eu une plaie au niveau de l’abdomen et une autre de plus de 10 cm au dos.

    Les agresseurs sont des voisins !

    Selon la jeune femme, les voisins n’ont pas réagi. "Ils n’ont même pas pris la peine d'ouvrir la porte. Hélas, ça m’aurait évité ces coups de couteau. Je pense que le fait d’avoir crié à haute voix a déstabilisé les agresseurs. Avant de prendre la fuite, ils ont déchiré mon sac à dos à coups de couteau. Ils auraient pu l’ouvrir sans même avoir eu recours à l’arme blanche, mais ils étaient dans un état comme second. Ces malfaiteurs avaient vraiment l’intention de nuire à mon intégrité physique", raconte Sarah.

    Concernant le nombre d’agresseurs, Sarah dit n’en avoir vu que deux. "Dans l’article paru dans le journal el Watan, on a parlé de trois agresseurs. J’en ai vu que deux. Le troisième est le commanditaire de l’agression. C’est notre voisin dans l’immeuble d'en face. Il a fourni toutes les informations me concernant ainsi que l'endroit exact où j’habite", précise la jeune femme.

    Les agresseurs ont pris la fuite avec le sac à dos. Du haut de ses vingt ans, Sarah, se reprend courageusement et les poursuit en criant de toute sa voix dans l’espoir de trouver du secours. La jeune femme dit avoir réussi à arracher son sac à dos à l’agresseur qui lui a assénée un second coup de couteau.

    La police judicaire, pour laquelle la jeune femme a confié son sac à dos, est vite intervenue. Après enquête, elle a procédé à l’arrestation de la petite bande de voyous. Au poste de police, la jeune fille a réussi à identifier les malfaiteurs notamment celui qui portait le couteau. "Il était un peu maigre mais je l’ai reconnu. Il était à peine sorti de prison".

    La victime avoue aussi que le comandataire de l’agression dont elle nous a parlé courrait déjà après elle. "Il voulait sortir avec moi. Il ne cessait de me contacter. Je pense que c’est le cas de plusieurs jeunes aussi. Comme je refuse toute relation, on n’a trouvé d’autres moyens que de se venger sur moi".

    Mounir Outemzabt

    « Musique : Biographie de Meriem Fekkaï, chanteuse algérienne.Hausse du taux de chômage au Canada et Québec »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :