• Sida : un traitement préventif réduit les risques de près de 90%

    Un essai clinique français révèle que le Truvada, un cocktail d'antirétroviraux, pris avant et après des rapports sexuels non protégés, a permis de réduire de 86% le risque d'infection par le virus du sida chez des hommes homosexuels.

    Sida : un traitement préventif réduit les risques de près de 90%La pilule bleue en question s'annonce très prometteuse dans la lutte contre le Sida. Les résultats d'un essai clinique français présenté mardi aux Etats-Unis montrent que le Truvada réduit fortement le risque d'infection par le virus du sida chez les hommes homosexuels lorsqu'ils prennent ces antirétroviraux avant et après un rapport sexuel à risque.

    L'essai clinique appelé «Ipergay» a été mené auprès de 414 homosexuels âgés de 35 ans en moyenne en Franceet au Canada, une population qui est la plus touchée par le VIH dans la plupart des pays développés. La moitié ont pris un placebo et l'autre du Truvada au moment des rapports sexuels. Ils prenaient deux comprimés 24 heures avant et deux 24 heures à 48 heures après. Environ 70% des participants n'utilisaient généralement pas de préservatif. Les participants, tous d'un niveau d'étude supérieur, avaient en moyenne dix rapports par mois avec plusieurs partenaires.  

    Après un suivi de près de 13 mois, 16 des participants ont été infectés par le VIH : 14 parmi ceux qui prenaient un placebo et deux dans parmi ceux qui prenaient le Truvada, soit une réduction de 86% du risque d'infection. Les deux participants infectés parmi ceux qui prenaient du Truvada avaient cessé de prendre ce médicament plusieurs semaines avant l'apparition de l'infection. 

    «Une avancée» mais «pas un bouleversement»

    «C'est même mieux que ce que pourrait faire vaccin», a commenté le professeur Jean-Michel Molina, de l'Hôpital Saint-Louis à Paris qui a coordonné l'essai. Même si «le préservatif reste pour l'heure la meilleure prévention» a-t-il insisté.

    Une autre étude de chercheurs britanniques, baptisée Proud, est arrivée au même résultats : elle montra aussi une réduction de 86% du risque d'infection chez des gays ayant pris quotidiennement ces pilules bleues.

    Les autorités sanitaires américaines se sont félicitées des résultats de cet essai. Toutefois, les experts mettent en garde : «ces chercheurs ne savent pas si cette approche serait efficace chez des gays ayant des relations sexuelles moins fréquentes que ceux de l'étude car ils prendraient dans ce cas moins de Truvada». On ignore aussi si cette approche s'applique aussi pour les hommes et femmes hétérosexuels et les drogués. 

    Pour le Dr Carl Dieffenbach, directeur de la division sida à l'Institut américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), ces résultats de Ipergay sont «une avancée, une nouvelle option de prévention», mais «pas un bouleversement».

    Le Parisien..

    « Drame d’Aokas : des victimes connues Université de Béjaia : Ouverture d'un doctorat d'Anglais et deux colloques au menu »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :