• Musulmans ou Islamistes : faut-il enseigner l’islam aux écoliers ?

    Il est important de donner une comparaison pouvant arrêter l’amalgame qui s’est propagée sérieusement en Europe et dans le monde entier. Musulman et Islamistes sont deux termes qui ont une définition extrêmement différente. Mais difficile de l’expliquer ou peut être qu’on y a jamais pensé.

     

    Musulmans ou Islamistes : faut-il enseigner l’islam aux écoliers ?

    Les synonymes du mot « musulman » que propose le logiciel world 2007, en France, donne « islamiste » ou « mahométan ». Dehors, à l’université, au collège ou au lieu de travail les Français fréquentent souvent des « musulmans » qu’ils trouvent quasiment différents de ce qu’on leur reproche. Cependant on se pose des questions sur quelle idée les écoliers doivent prendre sur les musulmans ?

    « Je pense que c’est les médias qui maintiennent l’amalgame », dira un étudiant à l’université de Nice. Celui-ci et ses amis disent que certains médias n’hésitent pas d’utiliser beaucoup plus le terme « islamistes » pour parler des manifestants ou des musulmans qui sortent des mosquées le vendredi.

    Les musulmans ont aussi le droit de manifester et de s’exprimer sauf que dans leurs pays la manifestation se termine souvent mal.

    Par ailleurs, Benjamin Stora, Historien chercheur et écrivain, estime qu’il faut apprendre aux jeunes écoliers ce qu’est l’islam. Il aurait été mieux d’ouvrir un débat sur l’histoire de l’Islam et du Prophète pour éviter l’amalgame qui entraîne le racisme et la haine. C’est d’ailleurs ce que partage M. Stora. « Il y a actuellement un déficit de l'enseignement de l'histoire du Maghreb et de l'islam. La France doit aborder cette question de l'islam, qui est la deuxième religion dans notre pays. Mais comment traiter de la sécularisation de l'islam de France, alors que dans les pays musulmans, d'où sont originaires certains immigrés, cette question n'est toujours pas réglée et fait débat ? C'est un défi majeur, auquel il nous faut nous confronter d'urgence », a-t-il déclaré. 

    Le dessin, tout comme un article de presse, ne peut porter une offense à la religion. Les musulmans devraient penser intelligemment. L’Islam n’est pas un dessin et les musulmans n’ont jamais connu leur Prophète. N’importe quelle photo qu’on dénudera ne devrait influer leur conviction. C’est ce que pensent des étudiants musulmans que nous avons rencontré. « Le dessin ‘’moche’’ d’une personnalité humaine ne pourra changer l’idée d’un vrai musulman sur son Prophète (QSSSL) ».

    Charlie Hebdo n’a jamais connu le Prophète. Il n’y croit même pas. L’imagination et la créativité ont fait de lui une arme contre le fanatisme. Et après tout, c’est un moyen de gagner son pain et de satisfaire directement ou indirectement une partie politique. Luz, le dessinateur de la dernière caricature du Prophète Mohamed, a expliqué à Vice News comment lui-est venue l’idée de « tout pardonner ». « Mohamed va me pardonner », dit-il en déclarant que le Prophète Mohamed l’a invité à le dessiner, en somme. Il a révélé qu’il ne prenne pas les musulmans pour des « imbéciles ».

    Mais l’amalgame s’étant propagée, le musulman, lui, est pris pour un islamiste, et ce dernier vit au nom de « musulman » et tue au nom de l’islam. Qui parle de qui et au nom de qui ? On sait tout et on ne sait rien. On devrait en savoir plus.

     

    M.O.

    « L'acteur français Roger Hanin inhumé au cimetière de Bologhine à AlgerMelbou (Béjaia) : La prostitution regagne son camp »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :