• Chronique de Mahrez Bouich : L’idéal politico-économique; sens commun d’un paradigme dénué de son vrai sens !

    Notre éploré Algérie, peut-être encore plus à présent qu’il ne le paraissait déjà à tous les hommes politiques, et tous les économistes, il y a vingt ans, semble correspondre à cette phase de mort d’un idéal et de décomposition sociale. Face à la réalité, le rêve le plus fourbe s’avère la plus révolutionnaire des réponses. Mais, de nos jours, qui font encore un rêve de mutation et de démocratie, un projet de changement de société ? Qui, pour changer de réalité politique, économique et sociale… quand celle-ci ne convient plus, fait un rêve et prétend le suivre ? Entend-on dans les discours des citoyens et des représentants des citoyens l’équivalent de cette phrase par laquelle, un « meneur » de masse, comme l’était Martin Luther King (1929-1968), introduisait la formulation d’un projet politique d’une société sans discrimination raciale et sans inégalités sociales : « J’ai fait un rêve » ? L’idéal politico-économique, un rêve assez ambitieux et assez riche de faramineuses idées pour motiver et rassembler les efforts de chacun et de tous, constitue le seul ressort assez puissant pour faire de notre pays, au départ simples analyses qui peuvent par la suit engendré les germes du changement. « Passer de la barbarie à la civilisation en poursuivant un rêve, puis décliner et mourir dès que ce rêve a perdu sa force, tel est le cycle de la vie d'un peuple. »

    BOUICH Mahrez

    « Bouteflika et le clan au pouvoir ont peur de Said SadiChronique de H.M : Position contrariée d’un parti d’opposition »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    samir
    Vendredi 6 Février 2015 à 02:08

    bonsoir mes amis de liberté d'expression ,

    je suis très content de lire ce genre d'analyse et de chronique, vous avez raison monsieur BOUICH; le rêve dont vous décriviez c'est un rêve qui nous a laissé de vivre et de continuer notre combat dans cette terre; bravo pour cette chronique, je tiens à vous dire que j'écoute et je lis toujours tes contributions à la radio ou bien à la presse en Algérie, malgré votre jeune age, cela ne vous a pas empêché d'avoir ce grand courage, pour moi vous étés un idéal , et un projet d'un vrai intellectuel et libre penseur. 

    Chapeau bas

    à la prochain chronique


    2
    lepsychopathe
    Samedi 7 Février 2015 à 08:05
    Bonne analyse,

    Merci au site qui ouvre ses tribunes à tous les opprimés pour leur laisser enfin in champs d'expression -libre-. Il porte bien son nom. Merci aux journalistes.

    Merci Monsieur Bouiche pour cette chronique fructueuse. Je crains seulement que dans notre société, il n'y a aucun Luther King. Notre pouvoir est autant réfractaire qu'à l'époque de l'apartheid.

    Des partis soumis, une presse à la solde des plus fort du moment dont le seul travail consiste à servir de tribune au prédicateurs de la haine, de l'opposition stérile et sans véritable projet de société alternatif. Demain si le pouvoir décide de plier bagage, aucune alternative ne nous sera proposée. C'est la toute ma crainte.

    On est encore loin de cette hypothèse. Donc à mon humble sens, commençons par de cdéconstruire tous ces mécanismes rouillés, remettre le débat et la à réflexion au coeur de tout action politique. Rendre justement de la crédibilité aux politiques et la politique. Une société jadis communiste se retrouve par je ne sais quel mécanisme, versé dans l'islamisme.

    Une fois tous les ingrédients sont là, nous pouvons alors commencer à avoir des rêves. Seulement des rêves... il nous restera de les concrétiser, ça sera l'affaire de toutes et de tous.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :