• Bédoui a feinté les journalistes sur la question de la censure d’El Bilad tv et Chourouk tv !

    A une question sur la censure économique exercée récemment sur les deux chaines télévisuelles El Bilad et El Chourouk le nouveau  premier ministre N. Bédoui a, à son tour, lors de sa première conférence de presse donnée ce jeudi au CIC d’Alger, esquivé au sujet qui fâche.


     

    Bédoui a feinté les journalistes sur la question de la censure d’El Bilad tv et Chourouk tv !

     

    Cette censure dite économique est  exercé par l’ANEP contre ces deux chaines, il y a plus d’une semaine. Elle consiste en une pression politique faite sous forme d’un chantage. On ne propose plus de la publicité aux deux organes de presse suite à la diffusion des manifestations populaires ayant eu lieu dans tout le territoire algérien.  

    Le premier ministre n’a pas nié l’existence de la censure et n’a pas aussi dit qu’elle a eu lieu. Il placé le journaliste devant le fait à accomplir. Pour lui « le travail d’un journaliste qui se fait dans la transparence ne devrait pas trouver d’obstacles ».

    Le système fait le bon élève

    Bédoui continue dans la même perspective que Bouteflika qui a pourtant décidé de se retirer de la course à la présidentielle et de reporter les élections. Par le biais de cette conférence, le premier ministre a tenté de calmer le jeu et se donner le rôle de « moraliste ». Pour lui, l’Algérie est entre de bonnes mains. « Un nouveau gouvernement sera mis en place dans peu de temps et répondra aux réclamations du peuple ». Pourtant il a fait l’objet d’une vague interrogations auxquelles il n’a pas pris soin de répondre. « Vous ne répondez pas aux questions, quel est l’intérêt de cette conférence ? » a clamé un journaliste.

    Bédoui met souvent l’accent sur la gouvernance. Mais, il faut vraiment avoir compris les Fables de la Fontaine pour comprendre son discours. Il n’a répondu à aucune question des journalistes avec des arguments adéquats. Il a formulé des énoncés laconiques et contrariés dans un langage décomposé et formaté. Il n’a en aucun cas adressé un discours directe, juste et complet à la population qui est encore agitée et attende le départ du clan de Bouteflika ! Il a seulement dicté « les points essentiels » concernant leur plan du maintien de la gouvernance mais n’a dévoilé aucun point de ce plan. Il a parlé de la volonté de vouloir travailler « d’arrache pied avec le peuple qu’il respecte » sans dire qui seront accueillis à table pour débattre des points soulevés par le peuple et comment va-t-il procéder à cela !  

    Bédoui s’est contenté de répondre : « Nous sommes tous le pays…la rue…Nous sommes obligé de travailler ensemble, d'aller doucement et de se redonner confiance et briser tout blocage social… C’est le peuple qui dirige ».

    A noter que sur les réseaux sociaux le ministre a fait l’objet d’un tas d’injures tout au long de sa conférence en direct et partagées sur des pages facebook. Sur la page «Liberté d’Expression le journal » les internautes disent que ce ne sont que des promesses et des mensonges et rien de plus n’a été donné. Sur « 1 2 3 viva l’algérie » c’est l’éveil social. Les fans de la page ont scandé « restons solidaires », « gardons un seul objectif : la chute du régime », « ce sont des menteurs et ils savent qu’on est au courant », « évitez d’écouter les conneries car nous n’avons pas d’hôpitaux pour bien nous soigner »…etc.

    M.O.

    « Lakhdar Brahimi : « le départ d’un régime ne peut se faire du jour au lendemain »Les personnes à mobilité réduite ont marché à Béjaia »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :