• Le mouvement associatif en collaboration de l'APC de Melbou, qui a réquisitionné ses engins, a procédé aux nettoyage des plages de la ville de Melbou.

    Plusieurs personnes ont été à pied d'oeuvre.  

    Nettoyage des plages à Melbou, première sortit de Tafrara

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le rappeur Algérien, Lotfi Double Canon a été sévèrement agressé, insulté et traité par tous les mots du fait d'avoir pris une photo avec des Kabyles en tenant le drapeau Berbère. La photo a été prise à Paris à l'occasion de la manifestation à l'occasion du printemps Amazigh 1980. 

    Tous ceux qui ont tenu l'emblème Berbère ont fait l'objet d'insultes et d’étiquettes. Les questions se posent. Pourquoi déteste-on les kabyles à ce point, qui pourtant ne revendiquent que leur dignité et leur droit à leur culture.

    Voici que l'on prend au chanteur du rappe algérien Lotfi. Une vague d'insultes sont venues de quelques fans de sa page Facebook qui l'ont traité de "harki", "juif" et de "vendeur de sa religion et ses principes". 

    "Je vous confie à Dieu le tout puissant vous et votre famille qui n'a pas su vous éduquer sur l'éthique et les valeurs. Si vous aviez de la dignité vous ne serai pas fidèle pour la France et Israël et vous ne vendez pas votre dignité et celle de votre famille pour de l'argent. Bien sûr, si vous vendez votre mère et et votre fille ils vous en rajouteront de l'euro et vous ouvriront les portes. Allez en enfer et votre argent et enterrez vous avec. [...] Dieu protège l'Algérie des traîtres comme vous", a commenté en langue arabe l'une des fanes de Lotfi sous le nom de Samia Soussou.

    [حسبي الله ونعم الوكيل فيك وعاىلتك. ماعرفتى. تربيك. على الأخلاق والقيم دا كان عندك أصل بايع نفسك وعاىلتك. لي فرنسا الكفار وإسرائيل المال لي بعت نفسك على جلو. أكيد تى بيع أمك وبنت باب زيدولك. الأورو روح أدفن. معاك المال. في قبلك إن شاء الله تحرقك. فرنسا عوضا أن تدفنك. يخاىن. ياجسوس. مصيرك. تفسخك. فرنسا وتولي لطفية. الله يحمي. الجزاىر. من أمثالك. الخونة. إبن الحركي ربي يخرج فيكم وينتقم. منكم يارب]

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Les habitants du village Boulezazène, situé à 4 km du chef lieu de la commune de Melbou, ont vécu un moment au rythme des festivités en ce jour du 20 Avril, coïncidant au double

    anniversaire du printemps Berbère 1980 et noir 2001.

     

    Pour célébrer l'événement, l'association culturelle "Tafrara" du quartier a concocté un programme riche en activités culturelles et sportives. Au menu, un tournoi de football pour les adultes et un cross pour les jeunes-gens programmés pour le 19 avril. Deux activités ayant marqué les esprits et ranimé la joie des bambins.

    La journée du 20 Avril a été marquée par plusieurs activités culturelles et artistiques ayant duré toute la journée. Une exposition de livres, de photos, d'articles de journaux et d'autres documents retraçant l'histoire du printemps Amazigh depuis 1980. Les jeunes ont tous été à pied d'oeuvre. Ils ont porté soutien aux membres de l'association et ont réussi à transmettre le message aux enfants du village. 

    Pour finir le programme dans une ambiance conviviale, l'association a programmé un magnifique galas artistique. Des chanteurs amateurs du quartier et d'autres villes ont animé la scène. Commencé dans l'après midi du 20 avril, le gala a été enrichi par d'autres activités telles que des pièces théâtrales, scketchs et poésie. L'animateur, Lyes Alia a su mener à bien l'ordre du plan d'action.

    Mounir Outemzabt

    Voici donc quelques photos qui nous été parvenues par Lyes Guendoul.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Urgent : Bouteflika décédé ?A en croire, le président de la république M. Abdelaziz Bouteflika, serait décédé à l'age de 79 ans dans la matinée du 20 avril, suite à un malaise survenu il y a deux jours.

    Cette triste nouvelle, rapportée par plusieurs médias dont le site d'information arabophone Bledna.com a secoué le pays. Elle ne peut malheureusement être vérifiée pour l'instant du moment que l'Etat Algérien ne dévoile aucune information concernant le président Bouteflika. 

    L'état de santé de celui-ci était visiblement détériorée. Dans sa dernière sortie médiatique, lors de la visite du premier ministre français Manuel Valls, le président de la république était très fatigué. D'après la même source, il aurait pris à malaise la veille. 

    "Cela étant dit, plusieurs médias algériens parlent d'une mort clinique de Bouteflika. Le clan de lui-ci se prépare et prépare les dispositions nécessaires pour annoncer de la mort officielle du Président Bouteflika", rapporte la même source. 

    Abdelaziz Bouteflika est né le 2 mars 1937 à Oujda. Il est le 5ᵉ président de la République algérienne démocratique et populaire depuis le 27 avril 1999. 

    L.E.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Par Abdou Semmar

    Monsieur Amar Ghoul, vous avez exprimé des doutes quant à l’algérianité de la majorité de nos compatriotes. Vous avez émis des réserves sur leur patriotisme, leur sentiment d’appartenance à l’Algérie pour la simple raison qu’ils ont demandé des explications à propos de l’état de santé, singulièrement chancelante, de leur président, cet homme que vous soutenez, contre vents et marées, et surtout au mépris de tout bon sens. 

    Ces Algériens que vous avez accusé d’être des Français n’ont fait que réagir à la boude des services du protocole de leur Présidence. Ces derniers ont exhibé à la face des caméras de la presse française un homme diminué, pour ne pas dire fini. Le spectacle fut désolant. Il a fait les choux gras des humoristes français et provoqué la consternation des Algériens. cette atteinte à la dignité humaine d’Abdelaziz Bouteflika n’a pas d’égale. Mais, vous, en tant que ministre de la République, au lieu de diriger vos flèches empoisonnées contre ceux qui ont permis cette humiliation, vous insultez les Algériens, vous les qualifiez de traîtres. “Si vous êtes des Français, dites-le nous”, vous êtes vous écrié dans un élan de démagogie dont vous maîtrisez tous les secrets.

    Et vous, si vous êtes un vrai ministre, dites-le nous ! Accepteriez-vous que l’on vous qualifie de traite parce que vous avez laissé le plus grand chantier de l’histoire de notre pays, l’autoroute Est-Ouest, s’enliser dans un immense scandale de corruption ? Ou était votre patriotisme si ostensiblement affiché quand ce chantier était noyé dans des pratiques opaques, pour utiliser un doux euphémisme ?

    Si vous êtes un vrai ministre, dites-le nous parce nous n’avons pas constaté votre présence au tribunal d’Alger lorsque le juge tentait de comprendre les tenants et aboutissants du scandale. Si vous êtes un vrai ministre, dites-le nous parce que votre passage à la tête du ministère des Travaux Publics n’a été ponctué que de routes défoncées malgré les milliards.

    Si vous êtes un vrai ministre, dites-le nous pour que l’on comprenne pourquoi depuis votre arrivée à la tête du ministère du Tourisme, nous n’entendons que des annonces et presqu’aucune réalisation. Si vous êtes un ministre digne de ce nom avec ce que cela suppose de background intellectuel et politique, dites-le nous parce vous ne vous illustrez que par votre suivisme aveugle qui consiste à applaudir tout ce qu’un président décide, sans que vous ne produisiez la moindre analyse pertinente. Si vous êtes un vrai ministre, dites-le nous pour qu’on vous demande si vos matchs avec le Général Toufik, cet ami pour lequel vous avez exprimé tant d’affection avant de retourner votre veste, vous ont permis de comprendre les rouages du système qui vous a façonné à son image.

    Si vous êtes un vrai ministre, dites-le nous parce que vos étroitesses anti-populaires sont un véritable coup de poignard dans le dos d’une Algérie qui a besoin de dirigeants qui fédèrent et non pas de hauts responsables qui n’ont que l’insulte à offrir. Si vous êtes un vrai ministre algérien, dites-le nous parce que vous semblez ignorer tout de ce peuple que vous humiliez par votre incompétence crasse et votre déficit en éducation. Le jour où vous serez un vrai ministre conscient de ses missions et devoirs, ce jour-là  revenez nous parler. En attendant, laissez vos maîtres nous jouer cette tragi-comédie qui ne fait plus rire personne en Algérie.

    A.S.

    Monsieur Ghoul, êtes-vous un vrai ministre ?

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Par : Moon Tbazmetou* 

    Urgent : Sellal dément les propos d'Obama et jure de ne plus aller à WashingtonLe premier ministre Algérien, A/Malek Sellal, a tenu fortement à démentir les propos de M. Barak Obama qui l'a récemment traité de "Clown" qui a pour mission de "divertir"  les participants à la réunion des travaux du 4ème sommet mondial sur la sécurité nucléaire.

    Pour rappel, les propos d'Obama ont été rapporté par le site d'informations en ligne El Menchar, le seul à être en possession de telles informations. Obama a donc tenu à dévoiler le secret de la présence de Sellal à Washingtone. Ce qui n'a pas dérangé les algériennes et les algériens, mais M. Sellal.

    Ce dernier n'est pas allé du dos de la cuillère pour exprimer son mécontentement lors d'un dîner important entre les différentes classes politiques internationales qu'il a lui-même organisé. "Ecoutez mes chers amis et chères amies, je n'ai jamais été comme ça mais je l'avoue devant vous tous : je déteste Obama car il m'a mal traité. Je ne l'ai pourtant pas exprès, mais c'est de ma nature de faire le "clown". Vous me connaissez tous. Nous les Algériens, sommes très dynamiques et nous aimons faire rire les gens enfermés dans leur monde sérieux", aurait t-il avoué devant toute la famille politique. Et d'ajouter : "Wallah, je ne vais plus participer à leurs réunions ! C'est ma décision définitive. Désormais, j'enverrai M. Saidani. Peut-être qu'ils ont besoin d'un musicien".

    Il est important de rappeler que suite à la réclamation des autorités Algériennes sur la façon  dont M. Abdelmalek Sellal a été accueilli, M. Barak Obama qui n'a pas tardé à répondre, d'après El Menchar, avait déclaré dans un courrier "urgent" que : « M. Abdelmalek Sellal a été invité juste pour divertir les participants entre deux rounds de négociations pour les aider à se calmer et à se détendre avant de reprendre les travaux ».

     

    *M.O. ancien collègue à Sellal et son ami d'enfance en retraite en Amérique. 

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires