•  

     

    Béjaia : un camping pour célibataires à Aokas crée polémiqueA Aokas, on se permet d'exercer la liberté dans toute sa définition. Les citoyens manifestent leurs idées et leur droit à la vie socioculturelle tenable. L'environnement politique qui pollue l'atmosphère touristique et culturelle est mis à la quarantaine. 

    La jeunesse s'exprime par des mots et expressions touchant à un événement quelconque, par des actions sociales, des créativités propres et diverses. Cette fois-ci, on a opté à l'installation d'une pancarte géante dans laquelle est écrit "Camping pour célibataires". Ce type de manifestation renvoie à la frustration et le mode de vie qui gagne la culture Aokasienne. L'on sait que les campings sont généralement réservés aux familles, aux colonies de vacances et aux touristes venus des quatre coins du pays. 

    Toutefois, le sort réservé aux citoyens locaux est synonyme de morosité quotidienne. En été, ils ne participent à aucun événement culturel ou artistique dans leur commune n'était-ce quelques activités programmées ici et là par des associations culturelles. Ces campings sont fermés et interdis à tous citoyens. D'où l'idée de créer un camping d'été pour les célibataires. Celui-ci profitera "essentiellement" aux gens qui souffrent de solitude et de manque d'échange culturel, éducatif et social. Une manière de manifester son droit à l'existence. 

    M. O.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Deux projets de loi de réforme relatifs l'un au droit des étrangers, l'autre à l'asile, ont été présentés en Conseil des ministres le 23 juillet 2014. Ils visent à simplifier le droit au séjour des étrangers en France et à réformer en profondeur le droit de l’asile notamment en réduisant les délais. La réforme de l'asile a été définitivement adoptée par l'Assemblée nationale le 15 juillet 2015. Le projet de loi relatif au droit des étrangers a quant à lui été adopté en première lecture le 23 juillet 2015.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Consulat d'Algérie : le portrait de Bouteflica n'y est plusRécemment nous avons publié une photo similaire à celle que vous voyez ci-contre, de la photo d'une femme Subsaharienne accrochée à l'accueil du Consulat d'Algérie de Nice. A coté de ce tableau était aussi accroché celui du président A.  Bouteflika, juste au dessous du climatiseur. Aujourd'hui, il n'y est plus. 

    En effet, il semble que les remarques et les scoops des médias dérangent. Nous nous demandons toutefois pourquoi cette décision d'enlever le cadre du chef d'Etat dans un bureau du consulat. Soit, il a été jugé qu'il n'a pas de place à l'accueil, soit il a été sur-estimé par rapport à celui de la femme algérienne. Pourtant Bouteflika a souvent soulevé les droits de la femmes. D’où son succès.

     

    M. O.

     

    Voici notre précédent papier sur la même photo avaec le portrait de Bouteflika. 

    http://libertedexpression-dz.cd.st/photo-du-jour-l-algerie-symbole-de-resistance-au-pouvoir-a114834770

    Consulat d'Algérie : le portrait de Bouteflica n'y est plus

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire

  • Accidents de la route : 56 morts et 2109 blessés en une semaineLe bilan des accidents de la route est très lourd selon les de la protection civile. La sonnette d’alarme a été tirée et les constats sont de plus en plus alarmants. La mort s’impose sur les routes des quatre coins du pays. Récemment trois morts ont été déplorés dans une collision entre deux véhicules, sur la RN6,  à El Taraf. L’accident a causé « le décès sur le coup de deux personnes âgées respectivement de 20 et de 26 ans, tandis que la troisième a succombé à ses blessures peu après son admission à l’hôpital de Drean » rapporte APS.

    De part, en une semaine l’on constate que cinquante-six personnes ont trouvé la mort et 2109 autres ont été blessées dans 1845 accidents de la circulation, indique le bilan de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a touché la wilaya de M'sila avec « 5 personnes décédées et 45 autres blessées suite à 42 accidents de la route ».

    Au total, 920 blessés ont été secourues par Protection civile qui comptabilise 6543 évacuations sanitaires pour la même période et enregistre l'extinction de 2588 incendies urbains et autres. Ainsi, 4117 opérations diverses et assistances aux personnes en danger ont été menées par les éléments de la Protection civile durant la même période.

    En moyenne, 40 000 accidents causant plus de 4 000 morts et 60 000 blessés, dont des handicapés à vie selon des chiffres du Centre national de prévention et de sécurité routière, 2009. L'année dernière, selon des chiffres donnés par la Gendarmerie nationale, plus de 3.900 personnes ont été tuées dans plus de 24.000 accidents de la route. Soit une moyenne de onze décès par jour, a indiqué le commandement de la Gendarmerie nationale.

    L.E. & APS

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Quand on se lance dans un domaine, on est sûr de vouloir travailler et d'aller plus loin. L'objectif principal ayant été tracé, l'étudiant peut s'organiser pour mener à bien son projet. C'est le cas de cet étudiant qui nous raconte son choix respectif pour la filière d'info com.

    "J'ai aimé le domaine de la communication depuis mon jeune age. J'ai embrassé le journalisme en 2008, en intégrant le journal El Watan comme correspondant local. Puis, j'ai réussi à décrocher un poste d'emploi comme journaliste dans un autre quotidien national. C'est ainsi que j'ai décidé de suivre une formation dans le SIC", déclare l'étudiant.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    « Si j’avais découvert l’indépendance de l’Algérie je serais l’un des plus nationalistes algériens et je ne vais pas avoir du flétrissement comme d’une honte ».

    Les Martyrs ont sacrifié leur vie, non pas pour avoir les honneurs folkloriques de la part de ceux qui ont confisqué l’indépendance, mais pour réaliser l’idéal pour lequel ont combattu le colonialisme français.

    Aujourd’hui, mon existence est réalisée grâce à leurs sacrifices, et j’en suis très reconnaissant, mais, je ne peux me duper, je ne vis pas sur une terre libérée, ni sous l’emblème d’une patrie indépendante, parce que cette indépendance n’existe pas ; j’ai vécu 32 ans en Algérie, j’ai toujours senti l’odeur du colonialisme. Un colonialisme qui se cache derrière chaque porte d’une institution, il caractérise chaque discours politique et économique official. Je le constate dans chaque comportement de ceux qui constituent le pouvoir illégitime en place.

    Que dire ? J’ai parcouru dés mon jeune âge les sommets des montagnes des villages les plus lointains, leurs pistes qui mènent partout et nulle part m’ont démontré les vestiges éparts des trahisons, j’ai visité de nombreuses stèles oubliées du nord, hélas les noms inscrits sur leurs mures ne parlent pas du passé, j’ai traversé les chemins qui montent aux Hauts Plateaux, ces derniers sont devenus opaques, plus rigides, leurs rides n’expriment pas ni les itinéraires des héros, ni ceux des traitres, j’ai été sur les traces des chars de l'armée française au sud, le sable cache encore leurs secrets, et les tristes visages des gens affichent des interrogations sur une barbarie orchestrée. En un seul mot j’ai cherché l’indépendance et je ne l’ai pas trouvée, j’ai trouvé par contre une terre abandonnée et un peuple emprisonné.

     

    Oublier le futur ?!!! Peut être c'est la seule chose qui puisse me libérer de moi-même, puisque personne ne m’en a parlé du passé. Honneur et gloire à nos Martyrs.

     

    Mahrez BOUICH

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires